Skip directly to content

Foire aux questions

Q

L'auriculothérapie ou l'acupuncture des oreilles, c'est quoi ?

Source : Wikipedia

Historique

L'acupuncture auriculaire était, en Chine, très peu développée. Jusque dans les années 1960, l'acupuncture chinoise n’utilisait les points de l'oreille qu’en cas de maladies des yeux, de la gorge et de maladies accompagnées de fièvre.

C'est avec les travaux du docteur Paul Nogier (1908-1996), et notamment à la suite d’une conférence avec le médecin allemand Gerhard Bachmann en 1956, que les premiers écrits en langue chinoise sur l'auriculothérapie voient le jour1. Paul Nogier y exposait que la plupart des zones corporelles possédaient sur l’oreille une correspondance précise et que leur piqûre à l’aide d’une aiguille courte de 1 millimètre d’épaisseur provoquait « une vive douleur en même temps qu’une sédation ou une guérison de la maladie de l’organe correspondant ».

Depuis, l'acupuncture de l’oreille a progressé en Chine et plusieurs programmes nationaux y sont en cours de développement. En parallèle, Paul Nogier et ses élèves, dans plusieurs pays4, développèrent son idée de départ. En 1990, un rapport à l'Organisation mondiale de la santé (O.M.S.) préconise une terminologie pour standardiser les recherches ultérieures.

Les bases expérimentales

Les hypothèses de cette méthode relèvent de la somatotopie neuro-anatomique qui permettrait de construire des représentations topiques cutanées des différents organes du corps sur le pavillon de l’oreille, reconstituant grossièrement l’image d’un fœtus inversé (tête dans la zone du lobule, rachis et membres sur les branches de l’anthélix et la gouttière de l’hélix, viscères dans la conque). Selon Nogier, l'atteinte d’un organe se traduirait sur l’oreille, par l’apparition de zones douloureuses à la pression selon cette métamérisation et de perturbations de la résistance électrique de surface détectables à l’aide d’appareils spécifiques. Et selon le docteur Bourdiol, il existerait de façon quasi constante une action sur l’organe en cas de puncture ou stimulation de la zone auriculaire correspondante chez l’homme et l’animal.

Les mécanismes de cette action seraient sous-tendus par une convergence neuronale, réunissant, d’une part, les influx en provenance de l’organe malade, et, d’autre part, ceux qui proviennent des zones cutanées auriculaires.

Certaines hypothèses s'intéressent à l'apparition de perturbations thermiques localisées et spécifiques au pavillon auriculaire en réponse à des stimulations cutanées périphériques. Il est envisagé un rôle thermorégulateur de ces zones auriculaires sur la thermogenèse profonde des organes.

D'autres hypothèses étudient les modifications réflexes inconscientes du battement de la pulsation artérielle via stimulation des points auriculaires. Paul Nogier a découvert ce signal mais c'est le Professeur Pierre Magnin qui l'a batipsé V.A.S. (Vascular Autonomic Signal). Ce signal ouvrirait une dimension diagnostique par son observation.

 
Q

Qu'est ce qu'un massage aux pierres chaudes ?

Le premier grand bienfait de ce massage est la détente. Elle est plus profonde que lors d'un massage régulier puisque la chaleur détend rapidement la musculature. La chaleur favorise le glissement des tissus entre eux, la dilatation des fascias et leur relachement. Agit comme antalgique. Ce type de massage augmente la mobilité des articulations et la tonicité des vicères. Il est approprié pour les cas d'arthrose, de spasmes, tentions musculaires et certaines pathologie qu'on peut traiter avec la chaleur.

Circulation: Ce massage augmente non seulement la circulation sanguine mais celle aussi de la lymphe et des énergies vitales.

Harmonisation: Étant donné que nous travaillons avec les pierres, la terre-mère (yin), ce massage renforcit l'énergie yin dans le corps et réduit l'excès de yang. L’apport énergétique reçu par la personne est double: celui de la massothérapeute et celui des pierres.

Sudation: La chaleur fait augmenter la circulation sanguine dont une plus grande élimination des toxines et des déchets.

Apaisement: La chaleur a des effets réconfortants et sécurisants au niveau émotionnel et affectif. La chaleur des pierres nous ramène souvent dans un espace de bien-être originel.

Exfoliation: Bien que les pierres soient lisses et très douces, elles détachent les cellules mortes de l'épiderme.

L'histoire de la Terre

Pour le massage aux pierres chaudes, nous utilisons des pierres de basalte; elles sont sorties du ventre de la terre lors d'irruptions volcaniques. Ce sont des pierres sédimentaires dont les teintes peuvent varier: gris foncés, brunâtres, verdâtres ou noires. Si on retrouve ces pierres sur les trois quarts de la superficie terrestre, c’est particulièrement près des volcans qu'on en retrouve le plus et parmi les plus beaux spécimens. Les immenses coulées de lave, figées à la surface de la terre, finissent par être brisées par les vents, tempête, pluies, neige, glace et par les tremblements de terre. A travers ces débris, des cours d'eau s'y font un lit. Les pierres sont alors entrainées dans le courant: elles bougent, tournent, circulent et se façonnent sous les mouvements de l'eau. Ce processus s'étend sur des millions d'années. D’autres pierres proviennent de bombes volcaniques. Elles sont constituées de lave qui se solidifie dans les airs avant d'atteindre le sol. Leur forme ovoïde et les stries de torsion que l'on peut observer sur ces pierres sont dûes aux mouvements de rotation que prennent ces projectiles en sortant du volcan. Leur texture est lisse. La forme des pierres que j'utilise dans le massage aux pierres chaudes est complètement naturelle.  Elles ont été choisies pour leur forme et leur texture afin de convenir parfaitement aux manœuvres du massage. Chacune est unique. Ces pierres volcaniques se caractérisent par leur pouvoir de rétention de la chaleur, ce qui en fait un outil tout à fait adéquat pour le massage aux pierres chaudes. Étant donné que les pierres utilisées ont des millions d'années d'existence, leur mémoire cellulaire est riche. Il arrive que le corps d'une personne entre en résonance avec certaines mémoires de la pierre. Les natifs d'ici (Amérindiens du Québec) les appellent souvent au sens figuré les grand-pères et les grand-mères, car pour eux les pierres détiennent l'histoire de la Terre.

Q

Quels sont les cas ou il ne faut pas faire le traitement au laser ?

Les exclusions :

  • Être enceinte
  • Avoir des traitements en chimiothérapie
  • Avoir des traitements de radiothérapie
  • Avoir un pacemaker
  • Avoir des traitements d'hmodialyse

 

Q

Faut-il se méfier du laser doux ?

J'ai accompagné plusieurs centaines de patients depuis 5 ans avec cette méthode, mon taux de réussite dépasse les 80%. Il est clair que le patient doit avoir la volonté au départ d'arrêter de fumer.

Q

Qui est Paul Nogier ?

Paul Nogier est né à Lyon en 1908. Il est le fils de Thomas Nogier, professeur de physique médicale à la Faculté de Médecine de Lyon qui lui donne ce goût des sciences et de la découverte. Il étudie alors la physique pendant trois ans avant de s'intéresser à la médecine, l'homéopathie, l'acupuncture et les manipulations vertébrales.

Après la visite de quelques patients qui étaient passés chez un guérisseur, Paul Nogier, curieux, s'intéresse à la méthode de celui-ci. C'est ainsi, qu'en 1951 il découvre l'auriculothérapie.

C'est une réflexothérapie tégumentaire qui utilise le pavillon de l'oreille comme zone réflexe. Quelques points étaient partiellement connus depuis la nuit des temps, mais la découverte réelle revient bien au Docteur Paul Nogier qui émet la première hypothèse et dessine la première véritable carte de localisation des points réflexes publiée en 1956.

Pendant quinze ans, le docteur Nogier poursuit ses recherches, multiplie les expérimentations, développe les mesures, remet lui-même en question ses découvertes. En 1966, il met alors en évidence le RAC, Réflexe Auriculo Cardiaque, renommé ensuite VAS par le Professeur Pierre Magnin pour "Vascular Autonomic Signal" , parfois aussi nommé "pouls de Nogier".

C'est la naissance de l'Auriculomédecine.

Tout au long de sa vie, Paul Nogier s’intéresse à la recherche médicale en restant simplement présent auprès de ses patients. Il crée en 1965 le Groupe Lyonnais d'Etudes Médicales (GLEM)3, toujours actif grâce à ses élèves. Les résultats de ses travaux sont aujourd'hui enseignés et utilisés en Europe, aux États-Unis et même en Chine où est née l’acupuncture. Plus que connus, ils sont même reconnus4 par l'Organisation mondiale de la santé (O.M.S.).

En mai 1996, à peine 5 mois après la création de l'Ecole Internationale Paul Nogier, il décède à Lyon.

Le livre de Paul Nogier

Après une vie de travail, Paul Nogier mourut en 1993 en laissant à l'humanité toute entière un merveilleux héritage. Ses travaux sur l'oreille permettent aujourd'hui de soigner et de soulager des milliers de malades chaque jour. L'auriculothérapie est maintenant enseignée dans les facultés françaises et européennes. En 1990, l'Organisation Mondiale de la santé à réuni à Lyon, dans les superbes locaux de l'Hôtel de Ville, un groupe de travail dont le rôle fut d'établir une standardisation de la nomenclature des points d'oreille. C'était une manière de reconnaître et de promouvoir la réflexothérapie auriculaire. Le docteur Nakajima, directeur général de l'OMS vint lui-même prononcer un discours dont je reproduis ici un extrait :

"C'est l'intention de l'OMS de promouvoir et de recommander pour l'usage international la nomenclature complète de l'acupuncture auriculaire. Nous espérons que cela facilitera les recherches dans le domaine de l'auriculothérapie en permettant des études reproductibles et comparables. En terminant, puis-je prendre l'opportunité de dire notre reconnaissance pour la dette d'honneur que la médecine moderne doit au docteur Paul Nogier, un fils distingué de la ville de Lyon".

Cette reconnaissance de l'auriculothérapie par l'instance médicale la plus prestigieuse au monde fut une immense récompense et une source de joie pour son inventeur. La médecine de ce début de siècle, perdue dans une société de rendement et de profit, a besoin de retrouver ses vraies racines. Malgré les immenses progrès que nous connaissons aujourd'hui, des techniques comme l'auriculothérapie ou l'auriculomédecine ont plus que jamais leur place car elles étudient l'homme dans son entier et qu'elles donnent au malade toute la place qu'il mérite.

L'homme dans l'oreille - Paul et Raphaël Nogier. Livre de 1982, édité par Maisonneuve, 2e édition, 10e mille, 255 pages. Dans un style simple et direct, grâce à une complicité que seuls peuvent partager un père et un fils médecins, c'est la puissance d'une nouvelle médecine que les auteurs livrent à tous, médecins ou non. Sommaire : L'auriculothérapie (Une découverte fortuite, Origines de l'auriculothérapie, Le médecin de l'oreille et ses malades, Les indications et les exemples, Les points d'utilisation fréquente), L'auriculo-médecine (Une deuxième découverte, Le RAC, Paradoxe de la vie de médecin, Peut-on se fier au VAS? La latéralité, Curieuses cicatrices, Les traitements en auriculo-médecine, Perspectives d'une nouvelle médecine).